Opéra de Paris : l’enfant choyé de la crise du Covid-19

Malgré sa fermeture jusqu’au 7 janvier a minima, l’Orchestre National de Paris est presque absent des manifestations qui ont eu lieu aujourd’hui dans la capitale. Pour cause, l’institution résiste mieux à la crise sanitaire grâce à un soutien appuyé de l’Etat.

Comme un rendez-vous manqué. Entre les pancartes « rideau sur la culture » et les banderoles « on va mourir et même pas sur scène », impossible de discerner une délégation de manifestants de l’Opéra National de Paris (ONP). Le rassemblement de milliers de professionnels de la culture a pourtant lieu sur le parvis de l’Opéra Bastille dans le 11e arrondissement de la capitale.

Dans cette manifestation contre le prolongement de la fermeture des établissements culturels, il faut plisser les yeux pour apercevoir les deux drapeaux noir et orange du syndicat Sud-spectacle de l’Opéra de Paris. A leur pied, une dizaine d’employés de l’institution parisienne, située en contrebas des marches de l’Opéra Bastille. Bien loin du cœur du cortège et du regard des caméras.

« On n’a pas à se plaindre, concède d’emblée Matthias Bergman, délégué syndical Sud et régisseur principal au sein de salle parisienne. Notre salaire est maintenu malgré le Covid-19 et nous sommes protégés par notre contrat de travail. » Le syndicaliste revendique être « plutôt venu manifester en solidarité avec les intermittents », « beaucoup plus précaires », dit-il, que ses collègues de travail.

Matthias Bergman, 58 ans, est régisseur à l’Opéra Bastille depuis plus de 30 ans

Il faut dire que l’Opéra de Paris fait figure d’exception dans le milieu. A l’image de toutes les autres salles de France, l’institution a évidemment souffert du confinement et a dû mettre fin à sa saison. Mais la totalité de ses employés bénéficient du chômage partiel en tant que salariés, quand la plupart de leurs confrères sont, eux, soumis au régime moins favorable de l’intermittence du spectacle.

Une aide gênante de 81 millions d’euros

Au-delà de cet avantage contractuel, c’est l’Opéra même qui semble faire l’objet d’une attention prononcée de la part du gouvernement. L’institution était particulièrement concernée par le plan de sauvetage de la culture annoncée en septembre par Roselyne Bachelot. Sur les 430 millions d’euros prévus pour tous les établissements culturels, la ministre accordait une aide record de 81 millions d’euros à l’ONP. Le deuxième lieu culturel le plus aidé par l’Etat derrière le château de Versailles.

Une subvention de poids que le directeur de l’ONP a justifiée lors d’un audit publié fin novembre. « L’Opéra National de Paris regroupe les deux plus grosses salles d’opéra de France. Avec plus de 900 000 spectateurs annuels, nous attirons près de 50% du public en France, a argumenté Alexander Neef. Nous avons perdu près de 60 millions d’euros par manque de billetterie. Comment aurions-nous pu indemniser nos 1500 salariés ? »

Pour combler les pertes, le directeur de l’ONP a bien tenté de diffuser certains opéras sur la plateforme de streaming payante « l’Opéra chez soi ». Depuis le 13 décembre, une version enregistrée de La Bayadère est disponible au prix de 11€99. Mais les revenus générés par cette pratique sont dérisoires au regard du budget total de l’établissement sur l’année, de 210 millions d’euros. Pour le directeur, il s’agirait avant tout de « faire survivre l’activité, de permettre au danseur d’exprimer leur art. »

Au-delà du périphérique, cette énième aide pour un établissement parisien fait cependant grincer des dents. « Que restera-t-il aux opéras de province, souvent plus vertueux que notre dispendieuse « Grande Boutique », se désole un responsable de l’opéra de Dijon. Il serait dommage que le plan de relance aggrave le déséquilibre entre la capitale et les régions, alors que le Premier ministre prétend faire des territoires un axe majeur de sa politique ». Distance oblige, aucun représentant de l’opéra de Dijon n’était présent dans le cortège parisien ce mardi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s